EN ROUTE VERS L'ACCORD DE PARIS : RÉDUIRE OU ÉVITER ?

November 30, 2021

L'industrie financière s'engage de plus en plus pour fournir aux investisseurs des solutions d'investissement qui atténuent les émissions de carbone des portefeuilles. Les flux financiers issus de ces investissements peuvent favoriser la transition climatique en influençant l'accès et son coût au capital des entreprises. Les solutions d'investissement peuvent être divisées en deux approches distinctes.

1. Stratégie de réduction des émissions de carbone

Elle consiste à construire des portefeuilles d'investissement dont l'intensité en CO21 est inférieure à celle des portefeuilles traditionnels. Deux mesures distinctes du CO2 ont été utilisées pour construire des portefeuilles de réduction du carbone.
La première approche est basée sur les émissions actuelles de CO2 des entreprises. La seconde approche est basée sur la trajectoire carbone des entreprises mesurée en degrés de contribution au réchauffement climatique. Celle-ci représente la trajectoire de réduction que les futures émissions de CO2 d'une entreprise doivent suivre pour être conformes à l'objectif de l'Accord de Paris (<1,5° C) d'ici 2050. Dans ce cas, le but est d'atteindre une température globale du portefeuille alignée sur l'objectif de 1,5°C. Le tableau 1 ci-dessous compare les propriétés des deux approches.

Compte tenu de sa nature prospective, nous préférons l'approche de la trajectoire de carbone. Les entreprises des secteurs à fortes émissions, tels que les services publics, l'énergie et les matériaux, auront un rôle important à jouer dans la réalisation de la transition climatique en cours. Ce sont les acteurs les plus importants dans le domaine des énergies renouvelables et certains d'entre eux ont des objectifs très ambitieux de réduction des émissions de CO2, même si leurs émissions actuelles sont élevées.

Il est possible de mettre en œuvre une stratégie de réduction du carbone sans prendre de risque important de tracking-error par rapport au benchmark. Cependant, la quantité d'énergie renouvelable (verte) générée par un tel portefeuille reste sous-optimale et insuffisante pour atteindre l'objectif de l'Accord de Paris.

2. Stratégie d’évitement du carbone

Elle consiste à investir dans des entreprises dont les produits et services contribueront à accélérer la transition vers une économie plus verte. La stratégie sélectionne des entreprises qui ont développé des produits et des technologies qui contribuent à éviter les émissions de CO2 (panneaux solaires, éoliennes, solutions de capture du carbone, etc.).

En utilisant une construction de portefeuille robuste et systématique, les portefeuilles d'évitement du carbone peuvent également être alignés sur l'objectif de l'Accord de Paris. Les investisseurs peuvent ainsi obtenir le meilleur des deux mondes. L'univers d'investissement de ces portefeuilles étant plus restreint que celui des stratégies de réduction des émissions de carbone, l'erreur de suivi par rapport à l'indice de référence est plus élevée. Cela dit, cet écart peut être contrôlé et maintenu à un niveau raisonnable.

Le tableau 2 compare l'impact des portefeuilles de réduction et d'évitement du carbone qui ont été calibrés pour avoir la même erreur de suivi. En voici les principales conclusions:
- L'évitement du carbone génère 2,5 fois plus d'énergie renouvelable que la réduction du carbone.
- Les portefeuilles d'évitement du carbone génèrent des émissions de carbone (scope 1 et 2) plus élevées (graphique supérieur droit). C'est la conséquence directe de l'allocation plus importante aux secteurs des services publics et de l'énergie, qui regroupent la plupart des producteurs d'énergie renouvelable mais peuvent être de gros émetteurs de carbone.
- Les stratégies d'évitement du carbone permettent d'éviter 2,4 fois plus d'émissions de CO2 que les stratégies de réduction du carbone
- La réduction et l'évitement du carbone ont tous deux une trajectoire de température inférieure à 1,5° C et sont donc conformes à l'Accord de Paris.

Conclusion
Dans l'ensemble, les stratégies de réduction et d'évitement du carbone sont conformes à l'objectif de l'accord de Paris. Toutefois, la réduction des émissions de carbone ne sera pas suffisante pour diminuer les émissions de CO2 de l'ensemble de l'économie de 7 % par an jusqu'en 2050. Il faudra investir dans les innovations qui permettent d'augmenter la production d'énergie renouvelable et d'éviter les émissions de carbone. C'est le rôle de l'investissement à impact, qui investit dans des entreprises dont les produits et les technologies permettent d'éviter les futures émissions de carbone.

Return to stay tuned